Transformation digitale dans le ferroviaire, comment adapter les structures à ce nouveau mode de fonctionnement ?

Aucun secteur n’échappe à la transformation digitale à l’instar de l’industrie ferroviaire. Quelques petites informations pour vous mettre sur les rails.

La digitalisation, pourquoi ?

La transformation digitale est une étape nécessaire au développement du secteur ferroviaire ainsi que de ses divers acteurs. De la planification sur le long terme aux tâches quotidiennes, elle devrait être bénéfique aux entreprises (réduction des coûts), aux clients, mais aussi contribuer à améliorer la compétitivité du train face aux autres moyens de transport. La digitalisation contribue à apporter des améliorations incontestables et un grand choix d’opportunités pour exploiter les trains afin de faire évoluer le modèle économique des entreprises en activité et de favoriser l’arrivée de nouveaux acteurs ayant des approches disruptives. 

Acteurs concernés

La digitalisation du ferroviaire dépasse amplement le domaine des passagers (wifi, billets électroniques) mais concerne tous les acteurs de la chaîne :

  • Entreprises ferroviaires (transport des passagers et du fret),
  • Fournisseurs d’équipements,
  • Constructeurs des matériels roulants,
  • Gestionnaires d’infrastructures,
  • Entités chargées de la maintenance,
  • Entités publiques, etc.).

Technologies utilisées

La transformation digitale se base principalement sur l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le but de collecter, traiter, transmettre les données et instaurer un réseau de communication pour les usagers du ferroviaire. Ces technologies digitales incluent essentiellement :

  • des capteurs destinés aux matériels roulants et aux infrastructures,
  • des caméras vidéo (surveillance embarquée et au sol),
  • des systèmes de communication et d’affichage des informations,
  • des outils pour transmettre les données dans les trains, gares et infrastructures,
  • des appareils mobiles (smartphones et tablettes).

Ces outils entraînent un grand nombre de données dynamiques et induisent une communication entre divers objets nantis de capteurs. On parle d’Internet des objets (IOT).

La plupart des technologies requises sont déjà disponibles et ne demandent qu’à être renforcées pour répondre aux difficiles conditions d’exploitation des trains. Les actuels développements technologiques concernent la communication sans fil avec haut débit et les solutions ayant une faible consommation d’énergie pour une meilleure autonomie et une augmentation de la durée de vie du matériel.